Mortal Engines de Peter Jackson

Peter Jackson est fou mais ça, on le sait depuis longtemps !

Si vous jetez un œil à sa filmographie, vous ne trouverez pas un film qui rentre dans le rang et il ne fait aucun doute que les sujets les plus ambitieux ne lui font pas peur. Je vous rappelle qu'entre la trilogie du Seigneur des Anneaux et le Hobbit, sa seule récré a été de réaliser King Kong, on a connu plus reposant !

Pour son dernier projet, il a cédé la réalisation à Christian Rivers, l'un de ses plus vieux et plus proches collaborateurs, mais il reste à la barre de la production et de l'écriture. Autant dire que sa patte sera bien présente, et quelle patte ! Mais quel est donc cette nouvelle folie ?

Voir la bande annonce ICI https://www.youtube.com/watch?v=KfaRg4FMM9Q

Peter Jackson a choisi d'adapter Mécaniques Fatales (Mortal Engines en version originale (VO)).

Mécaniques Fatales (Mortal Engines en VO) est le premier volume de la série des quatre romans écrits par Philip Reeve, Tom et Hester.

Le cadre est un monde apocalyptique dans lequel la vapeur est redevenue la source d'énergie principale. Plus steampunk que ça, tu meurs !

Le film Mécaniques Fatales (Mortal Engines en VO) sort en France le 18 décembre 2018.

La place de cinéma coûte cher et si vous vous demandez s'il ne vaudrait pas mieux d'attendre la vidéo, regardez la bande-annonce et vous n'hésiterez plus, comme d'habitude avec Jackson, on se demande si l'écran n'est pas trop petit pour lui.

Dans ce monde post-apocalyptique ravagé par les catastrophes naturelles, les villes sont devenues des locomopoles, machines roulantes carburant à la vapeur, montées sur des chenilles gigantesques. Au milieu de cette lutte de pouvoir entre les différentes villes qui se dévorent littéralement, on suit les aventures de l'adolescent Tom Natsworthy, entraîné dans une sombre histoire de vengeance par la jeune Hester Shaw.

Tout dans Mortal Engines est réuni pour séduire les steamers.

La vapeur bien sûr, mais aussi l'architecture des villes qui n'est pas sans rappeler Le Château ambulant ou Le Château dans le ciel de Hayao Miyazaki, un expert du mélange des genres si cher au mouvement steampunk. Les costumes utilisent le même univers un peu gothique et un peu victorien des steamers. Et, à voir les images de l'héroïne scrutant l'horizon, on se demande si elle n'a pas piqué son sextant au capitaine Nemo au moment où il sortait de son Nautilus.

Côté casting, on peut faire confiance à Peter Jackson pour dénicher les perles rares.

Bien avant qu'elle ne fasse des galipettes sur le Titanic, il avait fait débuter Kate Winslet dans Créatures célestesil avait transformé un fait divers sordide en une aventure passionnelle hypnotisante.  Pour les rôles principaux de sa nouvelle saga, il a choisi Robert Sheehan, un adolescent irlandais de… 29 ans mais crédible grâce à son physique juvénile et qui s'est fait connaître dans la série Misfits. Et à ses côtés, Hera Hilmar, une adolescente islandaise de… 29 ans aussi qui s'est illustrée dans la série Da Vinci’s Demon. Une brochette d'acteurs chevronnés vient renforcer ce casting, Jackson ne considérant jamais les seconds rôles comme des rôles secondaires.

Aux commandes, Christian Rivers, dont c'est le premier film en tant que réalisateur, est un vieux routier des effets spéciaux.

Il a rencontré Peter Jackson sur son troisième film, Brain Dead, et ils ne se sont plus quittés. Il a reçu un oscar à Hollywood et son équivalent britannique, le British Academy Film Award, des meilleurs effets visuels pour King Kong où il réussi la prouesse de faire frémir chaque poil de l'animal et de faire passer des émotions au travers de son expression corporelle et de son regard, dont beaucoup d'acteurs médiocres devraient s'inspirer.

Gageons que la collaboration entre ces deux vieux complices Peter Jackson et Christian Rivers sera fructueuse et rendez-vous dans les salles 18 décembre ! Je sais d'avance où je serai le 18 décembre 2018... sauf si le Dieu des Steamers en a décidé autrement.


Laissez un commentaire

Ce blog est modéré